Les « zouzoukwa », des smileys à la sauce ivoirienne

Depuis le 1er janvier, O’Plérou Grebet, un graphiste de 21 ans, crée chaque jour une émoticône qui retranscrit les « réalités ivoiriennes ».

Depuis le 1er janvier, O’Plérou Grebet, un graphiste de 21 ans, crée chaque jour une émoticône qui retranscrit les « réalités ivoiriennes ». Et le succès est au rendez-vous.

C’est un grand timide pour qui l’interview est un doux supplice. 1,85 m de sentiments mêlés, entre insouciance, frilosité et témérité. A bientôt 21 ans, O’Plérou Grebet, jeune graphiste ivoirien, semble un peu dépassé par tout ce qui lui arrive en ce moment. Lorsqu’il a lancé son projet, « Zouzoukwa », le 1er janvier 2018, il savait que « cela plairait, mais pas à ce point-là ».

 

« Zouzoukwa », qui signifie « image » en langue bété, c’est un concept simple : publier chaque jour pendant un an, sur les réseaux sociaux, une émoticône (ou smiley) inspirée de la culture et de la société ivoiriennes d’aujourd’hui. Du garba (plat populaire à base de semoule de manioc) aux worô-wôro (taxis communaux d’Abidjan), en passant par les monuments nationaux tels que la basilique Notre-Dame-de-la-Paix de Yamoussoukro, les tenues traditionnelles des différentes communautés ou les expressions typiques comme « Tu as vu, non ? »… c’est un pays entier qui est peint à coups de fragments colorés.

Lire la suite sur LeMonde.fr